La reprogrammation de moteur : du travail de pro

0
485
views

Aujourd’hui, on préconise de plus en plus la reprogrammation de moteur pour augmenter la puissance du moteur d’un véhicule. En effet, ce procédé améliore sensiblement les performances initiales d’une voiture grâce aux modifications effectuées sur le calculateur. Il s’avère très efficace et revient moins cher que l’achat d’une nouvelle voiture.

Découvrez dans cet article le procédé de la reprogrammation de moteur et la législation afférente en France.

Reprogrammation de moteur : le procédé

La reprogrammation de moteur réduit la consommation d’un véhicule tout en améliorant son comportement routier. Elle se déroule en plusieurs étapes, aussi appelées « stages ».

Stage 1

La première partie de la reprogrammation de moteur consiste à reprogrammer le calculateur du véhicule sans changer les pièces mécaniques. Adressez-vous à une entreprise experte en reprogrammation de moteur sur Reims si vous habitez la région, pour optimiser les performances de votre moteur et obtenir un résultat à la hauteur de vos exigences.

Les professionnels développent les programmes sur un banc de puissance et optimisent ainsi le rendement du moteur. Cela concerne l’allumage, l’injection, la pression turbo… Cette étape respecte les normes de sécurité du constructeur et reste entièrement fiable.

Il est également possible de procéder à une conversion de votre véhicule au bioéthanol E85 pour rouler 2 fois moins cher et plus écologique.

Stage 2

Après la hausse de performance du stage 1, il est possible de rechercher davantage d’amélioration. À un prix plus élevé, le préparateur peut remplacer certains éléments externes, comme l’admission d’air et l’échappement. Cette étape vise donc à booster la puissance du moteur en remplaçant certaines pièces par des modèles renforcés. La hausse du couple nécessite par exemple un embrayage renforcé.

entreprise experte en reprogrammation de moteur sur Reims

Stage 3

Cette dernière étape permet de donner à votre moteur tout son potentiel. Les professionnels effectuent les stages 1 et 2, en plus de remplacer des pièces internes, comme :

  • le kit d’arbres à cames,
  • les turbos,
  • les injecteurs.

Il est même possible d’augmenter la cylindrée.

Notez que ce stage s’avère plus onéreux. Dans le cas où les constructeurs développeraient plusieurs évolutions de puissance d’un seul moteur, il reste plus facile de modifier le moteur le plus léger.

Reprogrammation de moteur : la législation en France

Les autorités et les constructeurs automobiles n’encouragent pas la reprogrammation de moteur. Cependant, cette opération est tout à fait légale. En effet, le Code de la route définit les réglementations en vigueur sur la reprogrammation de moteur, et ce, à travers ces articles.

L’Article R321-16

Dès lors qu’un véhicule ou un élément du véhicule subit des transformations importantes, il est obligatoirement soumis à une nouvelle réception. Le propriétaire du véhicule doit alors effectuer une nouvelle demande auprès du préfet.

Petite précision, c’est le ministre chargé des transports qui définit par arrêté les transformations notables nécessitant une nouvelle réception.

L’Article R322-8

Toute transformation apportée à un véhicule immatriculé requiert la modification du certificat d’immatriculation (anciennement appelé carte grise). Cela concerne aussi bien les transformations notables que celles susceptibles de modifier les caractéristiques du véhicule indiquées sur la carte grise.

Remarque : la réglementation ne considère pas le stage 1 comme une transformation notable, dans la mesure où le préparateur ne modifie pas les pièces mécaniques. Dans le cas des autres stages, vous devez impérativement soumettre votre véhicule à une nouvelle réception et mettre à jour votre carte grise.